Violences urbaines : "crise urbaine et identitaire profonde", par Philippe Lacroix
Violences urbaines : les quartiers où prospère le trafic de drogue des Hauts-de-Seine restent calme (préfecture)

Violences urbaines : des maires du 92 demandent un couvre-feu (préfecture)

Les maires des 36 communes des Hauts-de-Seine avaient rendez-vous cet après-midi à la préfecture à Nanterre. Certains ont évoqué la mise en place d'un couvre-feu si les troubles continuaient, a déclaré le préfet Michel Delpuech :

"Certains élus se disent +peut-être faudra-t-il en venir au couvre-feu+. Il y a une jurisprudence du Conseil d'Etat qui dans certaines situations a validé cette mesure", a expliqué M. Delpuech. "Je diffuserai aux maires une note juridique sur le sujet, afin qu'ils puissent prendre d'éventuelles mesures de leur côté. Si moi je prends cette mesure, ce ne pourra être que pour tout le département, et c'est excessif", a ajouté le préfet. "Il faut que la réponse soit juste, nécessaire et proportionnée. Mieux vaut laisser cela à l'appréciation des maires", a conclu M. Delpuech.
Les maires des Hauts-de-Seine ont évoqué d'autres solutions pour tenter de mettre fin aux violences urbaines, en baisse la nuit dernière dans ce département après un sommet atteint durant le week-end. A Gennevilliers, ville marquée par des troubles répétés et violents, le maire a par exemple pris un arrêté interdisant la vente d'essence au détail de 20H00 à 06H00.

(sources : préfecture et AFP)

Commentaires