Puteaux : Christophe Grébert se dévoile dans L'hebdo des socialistes
Meudon à la rencontre des couleurs et des sonorités d'Afrique

Rififi au Syndicat des eaux de la Presqu'île de Gennevilliers

Implantation_se On apprend, dans le blog de Philippe LACROIX, le projet de prolonger de sept ans l'actuel contrat de gestion de l'eau potable dans les dix communes relevant du Syndicat des Eaux de la Presqu'îl de Gennevilliers (voir la carte, ci-contre). Le titulaire de ce contrat est la société Eau et Force, filiale de la Lyonnaise des Eaux.

Les élus socialistes et communistes des communes de Nanterre et Gennevilliers s'y opposent. La présidence du Syndicat est mise en difficulté, du fait de la précipitation dans laquelle elle a engagé ce projet.

Alors que partout en France, de nombreux élus de tous les bords s'interrogent sur le mode de gestion de la distribution de l'eau qui soit le plus favorable pour les usagers, par la prolongation de la durée (un tiers en plus), la mise en débat public serait indument repousée.

Les représentants des villes de Nanterre et de Gennevilliers demandent à ce que le syndicat intercommunal s’engage à :

  • respecter l’obligation de transparence et d’information dûe aux élus pour leur permettre d’adopter les décisions qui leurs sont soumises en parfaite connaissance de cause ;
  • faire jouer le jeu de la concurrence ;
  • mettre à l’étude, conduite par un comité pluraliste ad hoc, des hypothèses de gestion déléguée ou en régie de la distribution de l’eau, à l’issue du contrat d’affermage actuel, garante de l’intérêt général et de celui des usagers ;
  • renoncer à prolonger exagérément, par voie d’avenant, sans base légale, le contrat initial de délégation de service public avec la société Eau et Force.

Commentaires