Courbevoie

Signez la pétition pour la création du territoire de la Grande Défense, dans le cadre du Grand Paris

FoLMEgFlnmYBUMp-580x326-noPadDans la cadre du Grand Paris, le département des Hauts-de-Seine et les intercommunalités vont disparaitre en 2016. Ils seront remplacés par des "territoires" d'au moins 300.000 habitants.

A Puteaux et Courbevoie, les maires UMP veulent créer un territoire rassemblant uniquement des communes UMP : Ils veulent nous associer avec Asnières, Colombes, Levallois et Argenteuil, qui cumulent plus d'un milliard d'euros de dettes...

Outre le danger financier et l'incohérence territoriale que ce projet génène (ci-contre en ROUGE), il aura pour conséquence de couper le quartier de la Défense en 2 !

Soucieux uniquement de l'intérêt général, les élus de l'opposition PS, EELV, Modem et citoyens de Puteaux-Courbevoie, unis et rassemblés au sein du groupe "Pour la Grande Défense", lancent une pétition pour réclamer la constitution d'un territoire cohérent autour de la Défense : Puteaux, Courbevoie, Neuilly, Nanterre, Suresnes, Rueil et La Garenne-Colombes (ci-contre en VERT).

A noter que le maire UDI de Neuilly, Jean-Christophe Fromantin est aussi favorable à ce territoire.

SIGNEZ LA PETITION POUR LA CRÉATION DU TERRITOIRE DE LA GRANDE DÉFENSE


Balkany, Ceccaldi, Césari et Aeschlimann veulent réunir leurs villes : une interco 100% UMP, 100% gratinée

UMP-LOL-Levallois, Puteaux, Courbevoie, Asnières... Ces 4 villes UMP veulent s'associer dans une même intercommunalité aux élus 100% gratinés...

D'un côté, Joëlle Ceccaldi et Eric Césari, respectivement maire de Puteaux et adjoint de Courbevoie-président de "Seine Défense" : 250 millions d'euros de budget sans rien faire grâce aux tours de la Défense. De l'autre Manuel Aeschlimann et Patrick Balkany, maires d'Asnières et de Levallois-Perret, croulant sous les dettes.

Tous les 4 ont un point commun : ils sont liés à Nicolas Sarkozy. Joëlle Ceccaldi était sa suppléante à l'assemblée. Eric Césari était le directeur de l'UMP jusqu'à son licenciement suite à l'affaire Bygmalion, Manuel Aeschlimann a été conseiller de Nicolas Sarkozy chargé des sondages, et Patrick Balkny est l'ami d'enfance.

Mais au fait quel est l'intérêt pour les populations de créer une intercommunalité entre ces 4 villes ? Quelle question idiote. Ce n'est pas le sujet de ces barons. A noter que les dettes d'Asnières et de Levallois deviendraient aussitôt les dettes de l'interco... donc les nôtres aussi ! Entre amis, on s'arrangera. Il ne s'agirait pas que l'argent de la Défense serve utilement à tous.

LIRE SUR LE PARISIEN : Balkany veut aussi rejoindre Seine-Défense


Révolution numérique à Puteaux et Courbevoie : les vice-présidents UMP de l'interco ont désormais... un mail !

Seine-defenseAttention, Mesdames et Messieurs... C'est ce qu'on appelle une "révolution numérique" : Le président de l'intercommunalité de Puteaux-Courbevoie (Hauts-de-Seine), ainsi que ses 14 vice-présidents et 5 membres du bureaux, ont désormais... un "mail" !

Lors du dernier conseil communautaire, j'avais fait remarquer que nous versions avec nos impôts 50.000 euros d'indemnités par an à 2 vice-présidents chargés de la communication pour l'un et du numérique pour l'autre... mais que "Seine Défense" n'avait pas de site internet pour communiquer avec les citoyens... Pire, on séance nous nous apercevons que nos chers élus n'ont même pas de courriel !

Quelques jours plus tard, un prestataire - proche du maire UMP de Puteaux - a été chargé de fournir site et adresses aux élus. Dans la foulée, le directeur de cabinet du président UMP de l'interco Eric Cesari nous écrit (voir ci-dessous) : '"une adresse mail seine-defense.fr a été créée pour les élus avec délégation, "afin que vous puissiez les contacter si nécessaire". Le "si nécessaire" est drolatique. En effet, quelle nécessité de contacter des élus indemnisés à hauteur de 500.000 euros par an pour un travail inexistant. Madame Capucine Barraud, directrice de cabinet du président de Seine Défense, a en 2 mots parfaitement résumé la situation !

Pour le site internet de la communauté, il faudra attendre "le 1er trimestre 2015". A NOTER QUE LE NOM DE DOMAINE SEINE-DEFENSE.FR APPARTIENT À LA COMMUNE DE PUTEAUX.

Combien de dizaines de milliers d'euros va toucher le prestataire bien entendu choisi uniquement pour ses qualités professionnelles et pas pour sa proximité amicale et politique avec Joëlle Ceccaldi-Raynaud ? A suivre dans quelques mois...

Capucine

Courriels

Au passage, un petit rappel : Si dans le domaine privé on fait ce qu'on veut, en revanche "l’emploi de termes officiels est obligatoire pour les administrations et les organismes chargés d’une mission de service public". Le terme officiel français pour "mail" est courriel.


A Courbevoie et Puteaux, l'UMP méprise l'opposition et se moque de la démocratie : "la démocratie c'est la délation"

Publié sur le site de Christophe Grébert :

Courrier de Monsieur CESARI du 14 novembre 2014Mardi 2 décembre, je suis convoqué à la mairie de Courbevoie pour participer à une réunion d'une "commission de réflexion relative au règlement intérieur" de la communauté d'agglomération "Seine Défense" regroupant les communes de Puteaux et Courbevoie.

La commission regroupe 3 élus de la majorité et 3 élus de l'opposition. Dès le début de la réunion, les élus de la majorité sortent un document contenant les "modifications" préparées par l'administration. On nous fait comprendre qu'il s'agit des changements qui seront soumis devant l'assemblée communautaire (voir par exemple l'article 6 ci-dessous). Chaque article est lu à toute vitesse. Comme nous ne disposons pas de ce document de travail, nous sommes censés retenir de tête ce qui est lu. On nous laisse à peine la possibilité de faire des remarques et rapidement on nous indique que la séance est levée.

Aucune remarque de l'opposition n'est retenue ou même inscrite sur un quelconque procès-verbal. Le document préparé par l'administration fera, je suppose, office de seul PV.

Nos demandes ont toutes été rejetées sans discussion : 

- allongement du délai de convocation aux séances du conseil pour nous permettre de préparer celles-ci,
- réduction du délai pour envoyer les questions orales : de 2 jours francs à 48h, 
- ajout de dispositions pour la présentation d'amendements et de voeux,
- la réalisation d'un procès-verbal des séances contenant les interventions des élus : on nous explique que "c'est inutile, ça coûte cher et le métier de sténo n'existe plus" !

"La démocratie, c'est la délation", réagit un élu UMP lorsque je prône la transparence. Pas étonnant donc que la majorité de "Seine Défense" ajoute au règlement intérieur des contraintes à l'enregistrement des séances du conseil :

IMG_8435

(cliquez sur le document pour le lire)

- Le règlement intérieur avant modifications :  Règlement intérieur 2014 du conseil communautaire.pdf

- Et les modifications décidées par la majorité : ces modifications ne font qu'ajouter des contraintes, en limitant l'accès aux dossiers en mairie, en limitant le temps de parole des élus de l'opposition en séance ou en limitant la possibilité de filmer les conseils. 

Toutes les dispositions qui permettraient à l'opposition de pouvoir mieux travailler sont niées. Rien par exemple sur la mise à disposition d'un local pour les élus, d'un secrétariat ou de moyens de communication. "Si vous avez des demandes, envoyez un courrier au président", nous explique-t-on sans rire.

Cette réunion, ce soir, était un piège... A Puteaux comme à Courbevoie, la démocratie est perçue par les majorités UMP en place comme une contrainte, une anomalie, voire une tare. En niant l'existence et le rôle de l'opposition, c'est l'idée même de démocratie qui est mise à mal par ces majorités. Elles la mettent en danger et risquent peut-être un jour de provoquer son effondrement. 
Elu de l'opposition, je suis chaque jour témoin de la fragilisation de notre système politique et cela m'inquiète, car je ne vois pas les choses évoluer dans le bon sens. 

Christophe Grébert 

On m'a carrément pris pour un #con hier... et comme tout le monde, je n'aime pas ça http://t.co/it4UM3WJVM #Puteaux #Courbevoie

— Christophe Grébert (@grebert) 3 Décembre 2014

Elections départementales à Puteaux et Courbevoie : Vincent Franchi et Aurélie Taquillain, un fils à maman et une apparatchik

Franchi-taquillainPour les élections cantonales qui auront lieu en mars 2015, l'UMP s'est choisie un duo de choc pour le canton de Courbevoie-Puteaux : Vincent Franchi et Aurélie Taquillain.

Suite à une réforme, les candidats aux élections cantonales doivent se présenter par 2 : un homme et une femme, afin d'assurer une parité parfaite à l'assemblée départementale. Et pour ne pas augmenter le nombre d'élus, les cantons ont été regroupés par 2 : notre nouveau canton regroupe les anciens cantons de Puteaux et de Courbevoie-sud. 

A l'UMP, la paire choisie pour Puteaux-Courbevoie est Vincent Franchi, le fils du maire de Puteaux Joëlle Ceccaldi-Raynaud, lui-même SUPER maire-adjoint aux 6 délégations et conseiller général sortant de Puteaux, et Aurélie Taquillain, maire-adjointe de Courbevoie et véritable apparatchik de l'UMP : 

Après ses études, en 2007, elle devient assistante parlementaire d'un député UMP de l'Aveyron, Jacques Godfrain. En 2009, elle travaille au cabinet du ministre UMP Luc Chatel, puis en 2010 pour le secrétaire d'Etat Georges Tron, resté célèbre pour son faible pour les massages. En 2011, elle travaille pour l'UMP Patrick Ollier. Après la défaite de la droite en 2012, Aurélie Taquillain est embauchée au groupe UMP du conseil général des Hauts-de-Seine. Elle devient aussi secrétaire nationale de l'UMP. 
A Courbevoie, elle est conseillère municipale UMP entre 2008 et 2014. Puis en 2014, elle devient maire-adjointe. Elle n'a jamais donc jamais travaillé dans une entreprise et n'a fait jamais rien fait d'autre que de la politique. Exactement comme Vincent Franchi, dont même le parcours scolaire semble étonner L'Express dans son enquête. Les 2 font donc la paire !

Avec ces 2 candidats, le renouvellement de la classe politique n'est pas assuré. Au contraire, nous sommes dans la caricature de la caste des fils à papa et des apparatchiks. Un élu doit se mettre au service de la collectivité. Or nous avons là des gens qui sont exclusivement au service de leur famille et/ou de leur clan politique. Croyez-vous que s'ils sont élus, ils VOUS représenteront et VOUS défendront ? Quelle blague ! Ils représentront et défendront LEURS intérêts. Parce qu'ils vivent exclusivement de leurs mandats. Ils dépendent de leur parti pour travailler. Ils n'ont jamais eu d'autre employeur. Ils lui sont donc soumis et bossent à son service.
C'est contre ces gens que je me suis engagé en politique. Pour défendre la démocratie, l'éthique et l'intérêt général.
Christophe Grébert


VIDÉO : Absent depuis 5 mois, Eric Césari refuse de démissionner de la présidence de Seine Défense

2014-10-10 20-1.37.08Mis en examen dans l'affaire Bygmalion et licencié pour faute grave de la direction de l'UMP, Eric Césari refuse de quitter la présidence de Seine Défense, l'intercommunalité de Puteaux et Courbevoie, malgré 5 mois d'absence !

Vendredi 10 octobre, Eric Césari apparaissait pour la 1ère fois depuis 5 mois à son poste. Il a également été absent de ses fonctions de maire-adjoint de Courbevoie. Quand le président de l'opposition PS-Modem-EELV Jean André Lasserre lui demande de démissionner, Eric Césari a cette seule réponse : "hors sujet". Les citoyens apprécieront cette attitude qui consiste à occuper des fonctions (et à en toucher les indemnités) sans s'y consacrer pleinement.

Poursuivi par les juges chargés de l'enquête Bygmalion, et en procédure avec l'UMP, son ex-employeur, suite à son licenciement pour faute grave, Eric Césari n'est pas en situation de pouvoir présider une intercommunalité de 130.000 habitants. La preuve : une seule réunion en 5 mois et aucun projet lancé pour l'agglomération. Il doit donc démissionner. Il a 14 vice-présidents (sic) qui peuvent le remplacer !

Rappelons enfin qu'Eric Césari dirige une intercommunalité qui a dépensé 900.000 euros en 2013 et qui va verser cette année 490.000 euros d'indemnités à ses élus. C'est clair que pour certains, ça rapporte la politique. L'affaire Bygmalion n'est qu'un point de détail dans le système...


Affaire Bygmalion : Eric Césari, le président UMP de Seine Défense, placé en garde à vue

13747978744_39328e0634_bEric Césari, le président UMP de "Seine Défense", la très riche intercommunalité de Puteaux-Courbevoie, a été interpellé ce matin à son domicile et placé en garde à vue dans le cadre de l'affaire Bygmalion.

Eric Césari était le directeur de l'UMP, jusqu'a son licenciement pour "faute grave" en juillet. Selon Jérôme Lavrilleux, Eric Césari serait l'un des acteurs de la mise en place du système de fausses factures qui a amené l'UMP a prendre irrégulièrement en charge plus de 18,5 millions d'euros de dépenses de la campagne présidentielle dex Nicolas Sarkozy en 2012.

Eric Césari préside l'intercommunalité de Puteaux-Courbevoie depuis avril. Dès son arrivée, il double le nombre de vice-présidents, ce qui entraîne une explosion du montant des indemnités versées aux élus UMP, pour une dépense annuellle de 500.000 euros.

Il choisit notamment pour vice-présidents Joëlle Ceccaldi-Raynaud, le maire de Puteaux, et... Vincent Franchi, le fils du maire de Puteaux.

Eric Césari peut rester en garde à vue 48h, c'est à dire samedi matin, avant d'être présenté aux juges d'instruction.

A lire :

Affaire Bygmalion : trois ex-cadres de l'UMP, dont Eric Cesari, en garde à vue, dans Le Parisien


Eric Césari, président de l'interco Puteaux-Courbevoie, licencié de l'UMP pour "faute grave"

13747978744_39328e0634_bLe président UMP de l'intercommunalité de Puteaux-Courbevoie, Eric Césari, a été licencié pour "faute grave" par la direction de son parti. 

Une semaine après la remise de l'audit sur les comptes de l'UMP, son bureau politique a validé mardi soir une quinzaine de départs et trois licenciements pour faute grave. Il s'agit donc d'Eric Césari, mais aussi de Fabienne Liadzé, conseillère municipale d'André Santini à Issy-les-Moulineaux, et de Pierre Chassat, maire-adjoint de Patrick Balkany à Levallois-Perret.
Ce sont eux, indique Le Parisien, qui avaient la possibilité de signer les factures au bénéfice de la société Bygmalion, lors de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.

Il y a quelques jours, le JDD a par ailleurs révélé qu'Éric Cesari, en tant que directeur général de l'UMP, percevait 12.500 euros mensuels brut (soit 10.000 euros net). Somme à laquelle il faut ajouter ses indemnités de président de l'interco de Puteaux-Courbevoie et de maire-adjoint de Courbevoie, soit près de 7.000 euros net, dont il devra se contenter aujourd'hui.

Dans une démocratie, les citoyens ont besoin de modèles. Les élus, représentants du peuple, doivent être des modèles, surtout lorsqu'ils exercent la responsabilité de l'exécutif, autrement lorsqu'ils gèrent l'argent public. La  direction de l'UMP, son propre parti, a lourdement sanctionné Eric Césari par un licenciement pour "faute grave". La logique voudrait qu'il donne du même coup sa démission de président de notre communauté d'agglomération. C'est une question de principe, d'honneur et d'honnêteté.
Christophe Grébert


Suspendu de la direction de l'UMP, Eric Cesari peut-il rester président de l'interco de Puteaux-Courbevoie ?

13747978744_39328e0634_b

La nouvelle direction de l'UMP a annoncé aujourd'hui qu'elle avait décidé de suspendre le contrat d'Eric Cesari, directeur général du parti depuis 2008.

Cette décision permettra à Eric Cesari "de se défendre et à l'UMP de se protéger", ajoute la direction du parti. Proche de Nicolas Sarkozy, Eric Cesari est en effet cité dans le scandale Bygmalion.

Dans ces conditions, Eric Cesari peut-il rester président de l'intercommunalité de Puteaux-Courbevoie ? Notre communauté de 130.000 habitants abrite le quartier d'affaires de la Défense et gère plusieurs centaines de millions d'euros. Dans cette période de crise économique, où il y a tant à faire pour la réussite de nos territoires, nous avons besoin d'élus pleinement engagés dans leur mission. Nous ne pouvons donner des responsabilités à des élus d'abord occupés à leur défense personnelle. Il serait donc raisonnable qu'Eric Cesari décide de lui-même de se mettre en retrait.

A LIRE AUSSI : Affaire Bygmalion: Eric Cesari, l'homme des «coups montés» de Sarkozy sur MEDIAPART

(photo : Eric Cesari et Joëlle Ceccaldi, Flickr)


Législatives 2012 : 15 candidats sur la circonscription de Puteaux, Neuilly & Courbevoie

6ecirco15 candidats se présentent aux législatives des 10 et 17 juin 2012 sur la 6e circonscription des Hauts-de-Seine (Neuilly-sur-Seine, Puteaux et une partie de Courbevoie).

Jean-Christophe Fromantin, maire divers-droite de Neuilly, fait figure de grand favori. Il se présente sans l'étiquette UMP. Celle-ci est revendiquée par Bernard Lepidi soutenu par le maire de Puteaux et député sortant, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, qui lui apporte sa suppléante Marie Fedon-Trestournel, ceccaldiste logée en HLM à Puteaux.

Marie Brannens représente le Parti socialiste.

Franck Faveur, ancien président national des Jeunes Démocrates, est le candidat du Centre, soutenu par Christophe Grébert.

Europe Ecologie les Verts ne présente pas directement de candidat, mais soutient Emmanuel Pruvost du Mouvement écologiste indépendant. Un autre candidat écolo se présente : Audric Thévenet, de l'Alliance écologiste.

Le Front national est représenté par Nicole Hervé.

Le parti de Jacques Cheminade présente Georges Carreau.

Julien Cabrera est investi par Debout la République de Nicolas Dupont-Aignan.

La gauche non socialiste est représentée par 3 candidats : Ioanna Mayhead (Front de Gauche), Monique Leclerc (Lutte Ouvrière) et Caroline Gaujard (NPA).

On compte 3 enfin candidats indépendants : Marie Granger, François Deroche et Rachid Nekkaz.

(Carte : Seine Politique)