La Garenne-Colombes

Extension de l’EPAD à La Garenne : le MoDem dénonce un simulacre de débat

Publié sur le site du MoDem de La Garenne-Colombes :

Head

La majorité municipale de La Garenne-Colombes a émis hier soir un vote favorable aux projets de décrets présidentiels portant sur l’extension de l’EPAD et sur sa fusion avec l’EPASA. Sur les quatre villes concernées, la Garenne-Colombes se distingue ainsi en étant la seule à approuver la nouvelle configuration de l’Etablissement Public de La Défense, dont elle ne faisait pas partie jusqu’ici.

Pour justifier sa position, Philippe Juvin, maire de La Garenne-Colombes, a évoqué l’existence d’un prétendu ‘accord’ négocié avec l’Etat, admettant ainsi implicitement l’existence de risques liés au projet d’extension. Selon lui, cet ‘accord’ garantirait à la commune le respect de sa pleine souveraineté en matière d’urbanisme, notamment en ce qui concerne l’aménagement des Champs-Philippe, un quartier en restructuration appelé à intégrer en totalité le périmètre du futur EPADSA. Cependant, malgré les demandes réitérées de Christophe Conway, conseiller municipal MoDem, Philippe Juvin s’est refusé à toute précision sur la forme et les modalités de cet accord.

Le MoDem Garennois dénonce avec force l’absolue malhonnêteté de cette approche. En effet, au niveau du Conseil municipal, seule instance légitime, il n’y a eu aucune trace d’un accord passé et encore moins signé avec l’Etat. Les ‘garanties’ dont se prévaut Philippe Juvin se limitent à une série de réserves émises par la majorité municipale lors de son vote, réserves qui n’ont aucune valeur légale puisqu’elles accompagnent une délibération purement consultative !

Ainsi donc, après avoir gardé le silence pendant près de trois mois, Philippe Juvin a préféré se réfugier dans le déni plutôt que d’apporter des réponses crédibles aux interrogations de l’opposition. Aucune réponse pour justifier l’absence d’information de la population. Aucune réponse non plus pour expliquer la raison de l’entrée du secteur de la ZAC des Champs-Philippe dans le périmètre de La Défense, alors que selon la mairie de La Garenne, seuls les terrains Peugeot et RATP intéresseraient l’EPAD.

Le MoDem regrette que les conseillers de la majorité municipale aient pu cautionner ce simulacre de débat et engager par leur vote l’avenir de la ville, sur la base de promesses plus qu’incertaines. La démocratie locale ayant été bafouée jusque dans l’enceinte du conseil municipal, il en appelle à nouveau aux habitants pour prendre la parole qui leur a été confisquée, et réclamer l’organisation d’un référendum local sur la question de l’extension de l’EPAD. Une pétition est en ligne à cet effet sur le site mesopinions.com (taper ‘garenne’ pour la retrouver). Elle est également accessible directement sur le site du MoDem Garennois, www.la-garenne-democrate.com.

La Défense : le MoDem de La Garenne-Colombes propose un référendum local

Suite au projet d’extension de l’EPAD qui envisage, pour la première fois, d’élargir son périmètre sur notre ville en intégrant la totalité du quartier des Champs-Philippe, le MoDem de La Garenne organise, le jeudi 22 octobre à 20h30 à l’école élémentaire René-Guest, une réunion d’information sur le thème : La Garenne et les Champs-Philippe, des avenirs séparés ?

Cette réunion constituera, pour les Garennois, la première opportunité de s’informer et de s’exprimer sur ce projet gouvernemental qui n’a absolument pas été porté à leur connaissance alors que le maire, Philippe Juvin, a reçu le projet de décret le 3 août dernier. Deux mois et demi plus tard, aucune information officielle n’a été délivrée, aucun débat n’a eu lieu, pas même en conseil municipal.

Pourtant, le quartier des Champs-Philippe représente près d’un quart de la superficie de la ville et 15% de ses habitants. Il constitue sa seule réserve foncière, accueille de nombreuses entreprises (représentant plus de 60 % des recettes communales de taxe professionnelle), 40 % de ses logements sociaux, ainsi que plusieurs équipements collectifs : stades, salle des fêtes. Au delà de l’avenir d’un quartier et de l’inquiétude légitime de ses habitants, qui redoutent expropriations et bouleversement de leur cadre de vie, c’est donc l’avenir de toute la ville qui est en jeu.

Le MoDem de La Garenne-Colombes s’étonne que Philippe Juvin puisse demeurer inerte vis-à-vis d’un projet qui risque d’imposer à notre ville le modèle urbanistique dépassé et déséquilibré qui a été, jusqu’ici, celui de La Défense. N’avait-il pas axé sa dernière campagne municipale sur les thèmes de la ‘dédensification‘ et de ‘la préservation d’un urbanisme à taille humaine interdisant les immeubles de grande hauteur et protégeant le tissu pavillonnaire’ (promesse n°1 de son programme électoral) ?  

Malgré ce silence doublé d’un flagrant déni de démocratie, malgré ce que voudraient nous faire croire les pouvoirs publics, il est encore possible de s’opposer à l’extension à marche forcée du quartier d’affaires. Au-delà de l’avis du conseil municipal  qui devrait être rendu avant le 3 novembre, une forte opposition de l’opinion publique pourrait encore conduire l’Etat à revoir ses plans.

C’est pourquoi le MoDem invite les Garennois à exiger un débat public et l’organisation d’un référendum local sur la question de l’extension de l’EPAD. Une pétition intitulée "un référendum pour La Garenne" a été mise en ligne à cet effet sur le site mesopinions.com. Elle est accessible à partir d’un lien direct sur notre site http://www.la-garenne-democrate.com/.

Jusqu’ici les Garennois n’ont pas eu leur mot à dire, ils n’ont pas même eu le droit de savoir. Il est grand temps de leur donner la parole.


Une réunion publique sur les projets de La Défense, jeudi 22 octobre, à La Garenne-Colombes

Annexion-des-champs-philippe-par-la-d-fense-a5Le MoDem de La Garenne-Colombes organise une réunion publique sur les projets de La Défense, avec l'annexion du quartier des Champs-Philippe par le futur établissement public qui succèdera à l'EPAD/EPASA.

"Philippe Juvin, le maire de La Garenne-Colombes, a reçu de l’Etat le 3 août dernier la proposition de décret sur le nouveau périmètre de La Défense intégrant le quartier des Champs Philippe. Depuis aucune information, aucun débat... Alors, prenons les choses en main", annonce le MoDem.

Rendez-vous :
Jeudi 22 octobre à 20h30
Ecole René Guest rue des Champs Philippe

près de la salle des fêtes

Téléchargez l'affiche :

Téléchargement Annexion-des-champs-philippe-par-la-defense


La fusion EPAD-EPASA est un "abus de pouvoir", selon les élus MoDem des communes de La Défense

3426623503_778760b2ffCommuniqué de Presse des élus MoDem des villes de La Défense (Courbevoie, Nanterre, Puteaux et La Garenne-Colombes) :

La décision de l’Etat d’élargir par la force le territoire de La Défense en procédant à la fusion de l’EPAD et de l’EPASA est lourde de conséquences : dessaisies de leurs compétences en matière d’urbanisme et de développement, les communes perdent la maîtrise de leur avenir, de leurs finances et de leur projet de vie et sont ramenées au rang d’acteurs de seconde zone.

Avec la complicité du département des Hauts-de-Seine et des maires de Nanterre, Courbevoie, Puteaux et La Garenne-Colombes (*), une confiscation de la démocratie d’une ampleur insoupçonnée est en train de se réaliser, à l’insu des populations et dans le déni total de leurs intérêts : faible représentation des élus au sein de la nouvelle structure et en particulier des groupes d’opposition, des habitants ramenés à la fonction de variables d’ajustement, opacité des décisions et de leurs conséquences...

La fusion EPAD/EPASA s’appuie sur un modèle économique (« La Défense - La City ») complètement dépassé. Condamnée structurellement au déficit en raison du coût phénoménal d’entretien de la dalle, elle n’a d’issue que dans une fuite en avant perpétuelle pour vendre des droits de bureaux à construire, au détriment du logement et de la qualité de vie. Imposée par le Président de la République, cette fusion est une parodie du processus de décentralisation.

Les élus Modem des communes de la Défense - Nanterre, Courbevoie, Puteaux, et La Garenne-Colombes - dénoncent cet abus de pouvoir. Ils rappellent la faible justification de l’extension du périmètre de la Défense et alertent les populations de leurs villes sur les risques de cette extension : destruction de zones habitées, éloignement des familles modestes et augmentation des impôts locaux...

Ils ne comprennent pas que ces projets, transmis début août aux communes, n’aient pas encore fait l’objet de débat dans les villes et demandent aux 4 maires de convoquer au plus vite un conseil municipal extraordinaire.

Enfin, ils appellent de leurs vœux une authentique intercommunalité de projet, où élus locaux, associations et habitants prendront en charge et construiront ensemble un avenir durable autour de La Défense.

(* La Garenne-Colombes entre pour la première fois dans le périmètre de La Défense, avec un quartier qui constitue 1/3 de son territoire et sa seule réserve foncière)


La Garenne-Colombes : grippe A et gestion de crise, le MoDem méfiant

Au menu du Conseil Municipal du 7 septembre de La Garenne-Colombes figurait la création d’une ‘réserve communale de sécurité civile’. Fondée sur le principe du volontariat, elle est destinée ‘à contribuer à l’information sur les risques encourus sur le territoire communal, ainsi qu’au soutien de la population en cas de crise et notamment pour des missions de logistique’. Une initiative que le MoDem local approuve dans son principe, mais dont les modalités (missions et organisation) n’étaient pas clairement définies dans le rapport soumis à l’approbation des élus. Inacceptable, a jugé Christophe Conway, qui s’est en outre montré très critique vis-à-vis de la manière dont Philippe Juvin avait géré de possibles cas de grippe A à La Garenne. "Ne laissons pas la municipalité faire n’importe quoi", alerte l'équipe MoDem.


La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine) achète un pot pour 2,5 millions d'euros

1582261555 A la Garenne-Colombes, dans les Hauts-de-Seine, le maire Philippe Juvin a décidé d'acheter un pot rouge d'une valeur de 2 millions et demi d'euros. Il ne s'agit pas de n'importe quel pot, mais d'une oeuvre d'art.
Afin de faire profiter les Garennois de leur acquisition, un site web non officiel a été créé pour l'occasion : www.mastaba-la-garenne.com
Face aux décisions ubuesques de nos élus, l'humour est un bon médicament...


Le MoDem de La Garenne-Colombes lance une pétition contre le nom du futur collège de la ville

Lu sur 92democrate.com :

9782246131441fsLe MoDem de La Garenne-Colombes a appris lundi 21 octobre que la majorité UMP-Nouveau Centre du Conseil Général des Hauts-de-Seine avait entériné le choix du nom de Kleber Haedens pour le nouveau collège de la ville.
La Garenne-Colombes pourra-t-elle s’enorgueillir d’avoir un établissement scolaire qui porte le nom de celui qui fut secrétaire de Charles Maurras, dirigeant de l'Action Française, ami et collaborateur de Xavier Vallat, ex-commissaire aux questions juives du régime de Vichy, et membre de l’OAS ?
De manière plus générale, est-il bien pertinent de vouloir donner à ce collège le nom d’un écrivain qui, dans son ouvrage le plus connu, "Une Histoire de La Littérature Française", contribue largement à diffuser la théorie du "nationalisme intégral’ qui a inspiré la Révolution Nationale de Philippe Pétain ?
Devons-nous laisser Philippe Juvin, le maire UMP de La Garenne-Colombes et vice-président du conseil général, aller au bout de son initiative et distribuer cet ouvrage à tous les enfants Garennois entrant en sixième, sous prétexte qu’il s’agit d’un ouvrage écrit par un écrivain "libre et anticonformiste", plus apte à développer leur esprit critique que le Lagarde et Michard ?
Nous ne le pensons pas et nous appelons les Garennois, ainsi que tous les citoyens soucieux de défendre les valeurs républicaines à venir nombreux sur le site www.la-garenne-democrate.com pour signer la pétition contre ce très mauvais choix. En quelques jours, cette pétition a recueilli plus de 200 signatures.


La Garenne-Colombes : le MoDem demande la mise en place du quotient familial

La municipalité de Courbevoie vient d’adopter le quotient familial pour la restauration scolaire et les centres aérés.
La Garenne-Colombes est donc désormais la seule ville du département à ne pas appliquer ce dispositif, avec des conséquences que le MoDem de La Garenne-Colombes a dénoncé pendant la campagne municipale :
- des familles modestes contraintes de compter sur l’aide financière de certaines associations pour pouvoir payer la cantine,
- des écoliers qui ne fréquentent pas l’étude, alors qu’ils auraient besoin d’un encadrement pour faire leurs devoirs dans de bonnes conditions,
- des enfants qui ne peuvent bénéficier des activités sportives et culturelles du centre de loisirs.

Philippe Juvin, maire de La Garenne-Colombes, a constamment réaffirmé son hostilité à la mise en place du quotient familial, et ce pour deux raisons que nous contestons :
- il n’y aurait pas besoin de quotient familial puisque les familles en difficulté ont la possibilité de demander une aide financière au CCAS. Faux ! Tous les travailleurs sociaux, toutes les associations le savent : il n’est pas facile de quémander une aide personnelle. La démarche est humiliante et beaucoup s’y refusent, par dignité. Le quotient familial institue au contraire un droit à bénéficier de tarifs réduits pour la cantine et les activités extrascolaires. Il est accordé à tous ceux qui en ont besoin, sur la base de critères objectifs et sans risque de clientélisme.
- la mise en place du quotient familial nécessiterait d’augmenter les tarifs payés par les familles qui ne bénéficieraient pas de dégressivité. Pas nécessairement ! Pour le Modem, il est possible, et même souhaitable, de conserver les prix actuellement pratiqués pour la tranche de tarification la plus élevée. Cela crée certes une dépense municipale supplémentaire, mais c’est un choix politique : celui d’investir dans une politique familiale réellement juste et efficace, celui de favoriser l’accès de tous les enfants à l’accompagnement scolaire et aux loisirs.

Le MoDem de La Garenne-Colombes demande donc à Philippe Juvin de bien vouloir réexaminer la question de la mise en place du quotient familial dans notre ville, en mettant en place un groupe de réflexion sur ce sujet : élus représentant les différentes sensibilités politiques de notre ville, travailleurs sociaux de la mairie, représentants des associations de parents d’élèves, directeurs d’école.

Quels sont les coûts concernés ?
Pour 4 semaines de 4 jours :
- coût mensuel de la cantine, pour un écolier : 52 €
- coût mensuel pour la cantine et la garderie du soir en maternelle (goûter compris) :72 €
- coût mensuel pour la cantine et l’étude en primaire (goûter compris) : 91 €

Contacts :
Christophe Conway, Conseiller Municipal MoDem : 06 62 70 34 21
Martine Bonnin, responsable de la communication du MoDem à La Garenne-Colombes : 06 62 60 32 78


Rififi au Syndicat des eaux de la Presqu'île de Gennevilliers

Implantation_se On apprend, dans le blog de Philippe LACROIX, le projet de prolonger de sept ans l'actuel contrat de gestion de l'eau potable dans les dix communes relevant du Syndicat des Eaux de la Presqu'îl de Gennevilliers (voir la carte, ci-contre). Le titulaire de ce contrat est la société Eau et Force, filiale de la Lyonnaise des Eaux.

Les élus socialistes et communistes des communes de Nanterre et Gennevilliers s'y opposent. La présidence du Syndicat est mise en difficulté, du fait de la précipitation dans laquelle elle a engagé ce projet.

Alors que partout en France, de nombreux élus de tous les bords s'interrogent sur le mode de gestion de la distribution de l'eau qui soit le plus favorable pour les usagers, par la prolongation de la durée (un tiers en plus), la mise en débat public serait indument repousée.

Les représentants des villes de Nanterre et de Gennevilliers demandent à ce que le syndicat intercommunal s’engage à :

  • respecter l’obligation de transparence et d’information dûe aux élus pour leur permettre d’adopter les décisions qui leurs sont soumises en parfaite connaissance de cause ;
  • faire jouer le jeu de la concurrence ;
  • mettre à l’étude, conduite par un comité pluraliste ad hoc, des hypothèses de gestion déléguée ou en régie de la distribution de l’eau, à l’issue du contrat d’affermage actuel, garante de l’intérêt général et de celui des usagers ;
  • renoncer à prolonger exagérément, par voie d’avenant, sans base légale, le contrat initial de délégation de service public avec la société Eau et Force.

La Garenne-Colombes : les socialistes publient leur lettre mensuelle

Le numéro de novembre 2006 de "La lettre socialiste de La Garenne-Colombes" vient de paraître. La distribution a eu lieu le samedi 25 novembre au marché du centre et le dimanche 26 novembre dans le quartier des Champs-Philippe, devant le magasin FRANPRIX, au marché des Vallées et devant le magasin ATAC.
Christophe Macé et Philippe Billard, élus locaux PS, privilégient cette approche des Garennois : entourés de militants socialistes, ces contacts permettent de répondre à de nombreuses questions aussi bien sur les problèmes locaux que sur la politique nationale.

Au sommaire de ce numéro :

- Edito de Christophe Macé, conseiller municipal : « LA LEÇON DE DÉMOCRATIE ET DE TRANSPARENCE DES SOCIALISTES » sur l'investiture de Ségolène ROYAL, candidate PS à l'élection Présidentielle de 2007
- Un zoom sur le projet socialiste relatif au logement social,

- Quand l'ami américain de Monsieur Sarkozy pers les élections.

Téléchargez la lettre de novembre 2006 (pdf)